ENSEMBLE, MAIS PAS AGGLOMERE

“Allô ? Pourrais-je parler à Monsieur Pierre ou à Monsieur Joseph je vous prie ?”

Oui. Il est temps de vous parler d’Axelle.

AXELLE BONNARD EN BREF

A l’origine : La Bourgogne

En passant par :   l’Ecole des Beaux-Arts à Lyon

Son site préféré : Copains des copeaux

Un principe : Créer des meubles que je serais heureuse d’avoir chez moi

Une journée réussie ? Grâce à un programme précis et à un bon repas

Les super-héros : Sa scie-circulaire et le tour à bois de son grand-père

Sa muse : … la forêt

Ton prochain outil ? Une scie sauteuse ? Une scie radiale ? Bon j’avoue… un aspirateur

Une confidence : Pour tous les patrons de France, il vaut mieux que je me gère moi-même

D’ARTISTE A ARTISAN

C’est assez tordu d’être artiste

C’est une nécessité qui prend le pas sur tout le reste. Essayer d’exprimer ce que tu n’arrives pas à dire avec des mots. Dire quelque chose de soi qui est également universel. Je suis et resterai toujours passionnée d’art. J’ai de nombreux amis artistes et je suis doctorante en arts. Aux Beaux-Arts j’étudie le dessin, la gravure et la sculpture. Je deviens alors sculpteur, j’ai mon atelier.

Un jour j’ai besoin d’une table de chevet, je me fais alors une étagère

Mon voisin d’atelier passe devant : “Trop cool, est-ce que je peux l’acheter ?”

Tout a donc démarré il y a deux ans avec des étagères. Je réponds à une demande. Je découvre le plaisir de faire quelque chose qui va être utile à quelqu’un. De travailler pour des gens. Ainsi que le soulagement de savoir à l’avance ce que ton objet va être à la fin !

HEUREUX LES ARTISANS

Dès le début tu sais que ça n’est pas à toi

Tu le fais en sachant que tu vas t’en séparer. Et l’au-revoir est jouissif. Tu as monté ton meuble, tu te recules. Tu goûtes à la satisfaction du résultat. Au milieu, tu as toujours un doute, mais tu as ta projection. Et si ça ne marche pas ? Tu recommences. Une source d’émerveillement continu est la confiance que l’on m’accorde.

Découvrir et respecter l’intérieur des gens

Comme artisan je réponds à un besoin de quelqu’un. Il me dévoile son intérieur, reflet de sa personnalité. Il me permet d’y ajouter ma touche, c’est touchant. Car si je réponds à une demande, je construis tout de même mon identité, je garde cette partie créative et artistique.

Trouver le repos, une liberté à conditionner

Dès le matin, le bruit des machines, c’est un peu rude. Je suis debout toute la journée. Je ne ressemble à rien sous mon attirail, avec mon masque et un casque qui me broie les cervicales. Je fais des ateliers le soir, je travaille le samedi. Je suis toujours poursuivie par cette question : est-ce que j’ai assez travaillé ? Il faut se donner le droit de finir, de prendre du temps pour autre chose. La clé : savoir ce que tu vas faire de ta journée et se tenir à ses horaires. La fatigue n’est pas la même à la fin !

Bel aujourd’hui

Chaque jour est différent. Je ne sais pas si je ferai du bois toute ma vie. Ce que je sais c’est qu’aujourd’hui je suis profondément heureuse. J’aime apprendre. Je découvre progressivement les essences de bois, c’est incroyable de voir comment elle répondent chacune à leur manière. Je pratique de plus en plus la marqueterie. J’avoue avoir un faible pour le mémory que j’ai fait !

La création dont je suis la plus fière est toujours celle que je viens de finir.  

Propos recueillis par une grande admiratrice